J’ai troqué mon discernement dans un brouillard d’idée contre une autre langue.
Elle se traduit plus facilement. Il n’y a plus de limite à ce qu’elle peut signifier ou ne pas dire.
Il n’y plus aucune limite à ce que je peux penser à dire.
Mais ce n’est pas ce que je voulais en dire.
Il y a des raisons de ne pas croire à ce que je dis avec cette langue.
C’est la plus belle langue de ce monde.