Liberté pour Rapanoville

Le dernier exilé forcé, diaspora d’un seul, tente d’attirer notre attention sur le devenir de Rapanoville. Devant l’impossibilité de jeter une bouteille à la mer dans notre océan de béton, il décide de faire passer son message par une grosse boite aux lettres.
ERREUR MAJUSCULE, sous cette forme son message n’aboutira pas, figé dans le jaune-la-poste, jusqu’à effacement par ProdiClean® ou par érosion de pluies acides.

Il n’y a déjà plus de traces de la ville même, les moteurs de recherches ne retournent aucun résultat.

À moins que…
À moins que quelqu’un ne photographie ce message désespéré. Qu’il ne cherche l’existence de la ville. Qu’il ne s’en émeuve sur un blog, ouvrant la voie à une future ré-indexation par les spiders, bots & crawlers.

Et ensuite ? Ira-t-il, lui aussi, taguer des messages en lettres noires sur fond jaune ? Ou partira-t-il à l’aventure dans l’espoir de libérer une cité perdue ?

————

[Bande son : CoH – Mask of Birth]