La brume se faufile et glisse des landes sauvages,
souffle pour faire danser la lune,
le temps est venu à travers le silence d’un autre temps.

La musique sous les doigts,
mur de rêves d’aucun instrument.

Fille de l’eau, elle se rend visible au bord de la mer,
des houles sonnent du monde surnaturel.
Un bourdonnement aérien,
écho d’une musique merveilleuse,
enfant d’une indicible harmonie.

La danse laisse vagabonder par le chemin creux
au branle de cuir rouge,
des sarabandes,
des pierres sonnantes.

La ronde des pétrifiés,
le sacrement attaché aux pierres levées.

Sirène d’argent la mer a survécu.

Vierges marines comme des présages à chevelure de varech
empruntant les rythmes d’une falaise.


Source de l’échantillonnage : mythes et légendes de Bretagne