Strike… back

Quand Pénicaud enjoint la science fiction de s’emparer du thème du travail, la mobilisation est au rendez-vous…
Télécharger (ou proposer) des textes de SF pour soutenir les grèves ! //strike.ouvaton.org/

souteniez les grèves !

miniplenty

Un(e) ministre ça ose tout dire, d’ailleurs c’est à ça qu’on les reconnait… le résumé de l’affaire sur le blog de La Volte :

péni(caud)bilité

 

écoute ça…

Ooooh ! C’est noël en mars ! Un nouvel album de The Ex “27 passports” vient de sortir. Nos quatre hollandais sont toujours d’attaque depuis 1979, geweldige !

À écouter et télécharger sur leur bandcamp //theex.bandcamp.com/album/27-passports

Citation Bachelard

(…) la nuit est de la nuit, la nuit est une substance, la nuit est la matière nocturne.

Gaston Bachelard, L’eau et les rêves

SILO Suel

Partir à la découverte du blog de Lucien Suel, y trouver des poèmes express, des listes, une série de cinq articles qui sont des interviews-blind-test « L Suel à l’aveuglette en 2001 avec… » dans lesquels il parle de son parcours, de l’écriture, de la musique.

Lire dans le cinquième article cette réponse : « Je ne fais pas trop de différences entre poètes et musiciens ». Se dire « Moi non plus ».

– (1/5) …avec Jack Kerouac et Patti Smith [LIEN]

– (2/5) …avec William Burroughs et Julien Blaine [LIEN]

– (3/5) …avec Isidore Isou et Frédéric Acquaviva [LIEN]

– (4/5) …avec Dragibus et Merzbow [LIEN]

– (5/5) …avec Sonic Youth et Soft Machine [LIEN]

En plus, un bonus, une astuce : sur le site des éditions QAZAQ [LIEN] on peut télécharger gratuitement Sombre Ducasse, textes écrits par le poète entre 58 et 86. Lire des pdf c’est fatigant pour les yeux, alors vous pourrez passer ce recueil à travers une imprimante et ainsi boucler la boucle do it yourself originel, en prenant garde de ne pas la boucler définitivement.

Extrait de l’INTROMISSION :

… des jours et des jours et des nuits et des nuits
que je fotte dans l’espace sans pouvoir rejoindre
mon vaisseau…
Ce matin, il a de nouveau gelé autour de moi ;
l’air commence à se vicier dans mon scaphandre ;
‘serait temps que j’arrive ailleurs,
mes doigts s’engourdissent,
je mets parfois plusieurs jours pour écrire un poème.
Je n’ai plus de mémoire.
Combien de fois j’ai laissé bouillir le café ces derniers kilomètres ?
Je me déplace dans une région pour laquelle on n’a dressé aucune carte.
Donc, je m’allonge et j’écoute toute la musique.
De temps en temps, un mouvement de points lumineux
qui jaillissent devant mes yeux
ET J’AI LES YEUX OUVERTS.
“I’m gonna put on a iron shirt, and chase the devil out of earth.”